Le Maroc, un des pays les plus dynamiques en termes de déploiement des NTIC

A la une, NTIC | | Le 10 octobre, 2010 - 17 h 45 min

Une théorie innovante a été publiée par Roger Strukhoff, américain diplômé de Berkeley et encensé par le MIT, cet expert en nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) a été plusieurs fois récompensé pour ses travaux.

Une théorie qu’il a basé sur ce qu’il appelle l’indice Tau (Lettre T en grec pour technologie) qui permet de classer les pays  selon leur dynamique dans le déploiement des IT (technologie de l’information) en tenant compte de certains critères autre que le classique volume des  dépenses.

En effet, Strukhoff démontre qu’un classement simple -pour ne pas dire simpliste- des pays selon leurs dépenses en IT  ne renseigne pas sur la dynamique. Par exemple en 2009, les grands pays occupent naturellement le haut du classement comme les Etats-Unis (EU) (1000 milliards de dollars), le Japon (350 milliards), la Chine (258 milliards), l’Allemagne (181 milliards), ou bien encore le Royaume-Uni  (UK) et la France.

Un second classement des dépenses IT par habitant favoriserait les pays très riches comme la Suisse (4628$ par habitant), les EU (3379$ par habitant), la Norvège, la Suède et les Pays-Bas.

Pour donner un classement plus complet, cet expert a utilisé l’indice Tau qui prend en compte le pourcentage des dépenses IT d’un pays en fonction de son PIB, du coût local de la vie et de la répartition de ses richesses. Cet indice est plus intéressant à étudier selon l’auteur puisqu’il permet une lecture plus juste du dynamisme d’un pays qui peut compenser sa faiblesse dans un des critères par une force dans un autre (chaque critère est pondéré de façon égale). Un Tau important révèle un pays dynamique en termes de déploiement des NTIC.

Par exemple le Bangladesh, qui occupe la première place loin devant les autres pays, fait office de modèle dans tous les domaines étudiés  alors que l’Ukraine, elle, prend la seconde place malgré une très mauvaise répartition des richesses.  Le Maroc va à l’encontre des préjugés et complète le peloton de tête grâce « à la bonne répartition de ses richesses et son fort engagement dans le déploiement des IT (13,8% de son PIB) », selon Strukhoff.

Ces pays consentent donc un effort plus important pour l’équipement en NTIC comparé à leurs ressources. Ils rattrapent ainsi progressivement leur retard sur les autres pays plus riches qu’eux.

Ez-zouak Nabil.

Tags: , , , ,


A lire également

Un commentaire

  1. simo dit :

    Mais de quel dynamique parlez-vous?

    Plus de 90 des investissements IT sont faites par une dizaine de companies (Télecom, qlq Administrations..) seulement et le pays travaille encore avec les outils du moyen âge!!

    Aller voir voir du côté de tous les services, éducation national…

    Sommaire: Développement erroné de cet article avec un Mauvais indicateur (Tau vaut zéro ….)
    ;-)

Réaction