Maroc Numeric 2013 : Les chantiers se mettent en place

A la une, NTIC | | Le 6 avril, 2010 - 10 h 19 min

Depuis le lancement, le 10 octobre 2009, de la stratégie nationale pour la société de l’information et l’économie numérique, baptisée Maroc Numeric 2013, les chantiers se mettent progressivement en place. Le dernier en date est le lancement du programme e-gouvernement qui vise à «rapprocher l’administration des besoins de l’usager en termes d’efficacité, de qualité et de transparence». 89 projets et services dont plus de 40 services transactionnels en font partie. Les 15 membres du comité interministériel e-gov présidé par le ministre du commerce, de l’industrie et des nouvelles technologies, Ahmed Chami, pour la plupart des secrétaires généraux, ont été désignés par circulaire du Premier ministre. Ils sont chargés de fixer la vision et les ambitions et d’évaluer les réalisations. Les 38 structures de pilotage e-gouvernement (SPGOV), jouant le rôle d’interlocuteur au sein de chaque ministère ou établissement public, ont également été désignées par circulaire. A l’occasion de leur première réunion tenue le 22 février, douze feuilles de route ont été présentées dont plusieurs projets phare. Pour chacune d’entre elles, un plan d’action détaillé a été conçu.
C’est le cas notamment du programme des services des impôts en ligne (Simpl) et plus particulièrement la télé- déclaration pour les paiements liés à l’impôt sur le revenu Simpl-IR (cotisation minimale, profits fonciers, profit de capitaux immobiliers, etc). Un appel d’offres a été lancé par la Direction générale des impôts et les premières télédéclarations sont prévues pour avril 2011.

Etat civil : la phase test démarre en 2011 à Casablanca

De même, le 1er comité interministériel s’est penché sur le projet de système d’information portuaire. Ce dernier permettra de centraliser les formalités portuaires et de mutualiser l’information liée à l’escale. Pour cela, l’Agence nationale des ports (ANP) préconise l’informatisation de la procédure de gestion des conteneurs à Casablanca et Agadir d’ici la fin 2010.
La stratégie e-gov prévoit également un plan de modernisation de l’état civil. Concrètement, la Direction générale des collectivités locales (DGCL) souhaite simplifier les services aux citoyens à travers l’informatisation des procédures des bureaux d’état civil. Exactement 2 172 bureaux sont concernés. La première étape du projet prévoit le lancement de la base de données électroniques du grand Casablanca pour janvier 2011.
Dans le même ordre d’idées, une feuille de route est consacrée au projet e-consulat qui vise à développer des services consulaires en ligne. A l’horizon 2013, les actes ne nécessitant pas de présence physique pourront être délivrés en ligne et librement imprimés par l’usager. Enfin, le projet prévoyant l’équipement des établissements scolaires en système de gestion administrative et de pédagogie entre dans sa phase d’implémentation après que l’appel d’offres ait été remporté par la société marocaine Involys. Associée à une autre entreprise roumaine, cette société travaille actuellement sur un pilote livrable pour le 1er trimestre 2011. En tout et pour tout, ce sont 2,2 MDH qui sont alloués à la priorité e-gov, soit 42% du budget global dédié à Maroc Numeric 2013.

400 000 DH pour les projets d’informatisation des PME

Tout comme e-gov, d’autres chantiers se concrétisent. Ainsi, l’appel d’offres attribuant la mise en place de 400 centres d’accès communautaires (CAC) a d’ores et déjà été attribué. 100 sites identifiés dans tout le pays seront équipés avant la fin de l’année. Il en va de même pour le programme Genie qui vise l’équipement des établissements scolaires en salles multimédia. Il est ainsi prévu d’équiper tous les lycées d’ici fin 2010, soit près d’un millier d’établissements. En ce qui concerne l’entreprise, le programme Moussanada, récemment lancé par l’ANPME, comporte un important volet informatisation au profit des PME. 12 prestataires proposant des solutions métier pour le secteur cuir et textile, dont 4 locaux, ont été retenus.
L’agence, qui subventionne l’opération à hauteur de 60% plafonnés à 400 000 DH, prépare actuellement le catalogue référençant les différentes solutions. Enfin, le programme Rawaj de modernisation et de mise à niveau des commerces de proximité prévoit lui aussi des actions en relation avec les nouvelles technologies. C’est le cas du partenariat avec l’enseigne Metro pour équiper les commerçants de terminaux électroniques (TPE), les fournisseurs de connexions internet ou de solutions pour la gestion de stocks. 600 opérateurs sont déjà équipés et l’objectif est d’en doter 1 000 autres pour l’année 2010.

Source : LaVieEco

Tags: , ,


A lire également

Réaction