Des projets d’envergure pour les NTIC au Maroc

A la une, NTIC | | Le 9 août, 2009 - 8 h 00 min

M6La réalisation de projets de grande envergure visant à rattraper les retards en termes d’infratructures constitue la principale caractéristique de la première décennie du règne de SM le Roi Mohammed VI qui pose les bases du développement économique et social.De nouveaux projets structurants ont mis en œuvre dans les secteurs des technologies de l’information.

Télécommunications

Une restructuration fondamentale du secteur a été mise en œuvre dès 1998. Elle a consisté essentiellement en une scission de l’ex-Office national des postes et des télécommunications (ONPT) en deux entités distinctes, Itissalat Al-Maghrib (IAM) et Barid Al-Maghrib et la création de l’Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT).
La libéralisation du secteur des télécommunications a permis une amélioration du volume des investissements, du taux de croissance du secteur et du taux de pénétration de la téléphonie et de l’Internet. En effet, il a été procédé à l’adjudication de la deuxième licence GSM en juillet 1999 à l’opérateur Médi Télécom, la privatisation de IAM à partir de 2001 et l’octroi, en 2005, de deux licences «nouvelle génération» à Méditel et à Maroc Connect, l’octroi, en 2006 de licences de 3e génération à trois opréateurs (Wana, Méditel et Maroc Télecom), ainsi que l’attribution en février 2009 d’une troisième licence GSM à Wana.
Au-delà des retombées positives de ce processus, notamment la dynamisation de l’économie marocaine et la création d’emplois, cette libéralisation a permis un réajustement des tarifs, le développement d’Internet, la diversification des offres, le renforcement de l’infrastructure fixe et l’amélioration de la qualité de service. En conséquence, la valeur ajoutée des postes et télécommunications a enregistré un accroissement de 9,7% entre 2003 et 2007.

Technologies de l’information

Suite aux Orientations royales, le Maroc a défini en 2001, lors du Symposium national, la stratégie «e-Maroc» qui vise l’insertion du Maroc dans la société de l’information et du savoir, une stratégie visant la généralisation des TIC dans le système éducatif, l’administration, l’entreprise et la société. Dans le cadre de cette stratégie, le développement de l’administration électronique a été initié par la création, en 2003, d’une commission dans le but de conduire et d’assister les plans d’informatisation spécifiques aux différents ministères, de développer des services en lignes destinés aux citoyens et de moderniser la gestion des affaires de l’Etat.
Le Maroc a adopté une stratégie qui vise la réduction de la fracture numérique dans le but d’assurer un accès équitable à la société de l’information à toute la population marocaine et d’éviter la mise en place d’une société numérique à deux vitesses. Cette stratégie ambitionne la réduction de la fracture numérique à travers la généralisation de l’infrastructure télécoms, l’accès équitable aux services de l’économie du savoir et l’émergence d’une administration de proximité numérique.

Offshoring

Le gouvernement a également signé avec la profession du secteur un contrat-programme 2006-2012, relatif à la mise en œuvre d’une vision stratégique pour le développement du secteur des TIC. Ce contrat progrès ambitionne de porter le chiffre d’affaires du secteur à près de 60 MMDH en 2012 et créer plus de 33.000 emplois. Cette même vision tente d’intégrer les TIC à près de 50.000 entreprises d’ici 2012 en vue d’améliorer leur compétitivité et faire profiter 1,8 million d’abonnés à l’Internet d’ici 2012. Sur ce même registre, la Fédération de l’information, des télécommunications et de l’Offshoring avait récemment annoncé le lancement du fonds de soutien à l’innovation dans le domaine des TIC.
De même, le gouvernement s’est engagé à porter la part du budget de l’Etat réservée aux TI de 1 à 2%. Il a aussi adapté le cadre de passation des marchés pour favoriser la participation des entreprises nationales. A cet effet, un nouveau cadre institutionnel, appelé «Pacte de mobilisation positive» a été créé. Il vise le rapprochement entre les besoins des grands donneurs d’ordre et les entreprises du secteur des TI.
Un plan impact 2009-2013 est mis en place par le gouvernement et vise la promotion du secteur des TIC à travers la promotion de l’industrie du logiciel, le développement de la compétitivité des pépinières locales des TIC, le renforcement de la sécurité informatique et l’accélération de la cadence du déploiement de l’usage des TI dans les PME.

Source : AlBayane

Tags: , , , , , ,


A lire également

Réaction