Première réunion du Conseil national des technologies de l’information et de l’économie numérique

A la une, NTIC | | Le 24 juillet, 2009 - 19 h 04 min

Abbass Al FassiLa première réunion du Conseil national des technologies de l’information et de l’économie numérique s’est tenue mercredi à Rabat sous la présidence du Premier ministre, M. Abbas El Fassi, en présence de plusieurs membres du gouvernement.

La première réunion du Conseil national des technologies de l’information et de l’économie numérique s’est tenue mercredi à Rabat sous la présidence du Premier ministre, M. Abbas El Fassi, en présence de plusieurs membres du gouvernement.
M. El Fassi a souligné, a cette occasion, l’importance de cette institution chargée de coordonner les politiques nationales de développement des technologies de l’information et de l’économie numérique et d’en assurer le suivi et l’évaluation, indique un communiqué de la primature.
Il a, à cet égard, exprimé la détermination du gouvernement d’aller de l’avant dans la politique de numérisation et de l’inscrire dans le processus d’intégration dans la société et l’économie futuristes.
La création de ce Conseil s’inscrit dans le cadre du processus de mise en place des bases juridiques et réglementaires du système de numérisation au Maroc, a-t-il ajouté, rappelant à l’adoption de la loi relative à l’échange électronique de données juridiques et de la loi sur la protection des personnes physiques à l’égard du traitement des données à caractère personnel.
Le Premier ministre a fait remarquer que le développement économique et social est tributaire de la capacité des citoyens, de l’entreprise et de l’administration d’utiliser les nouvelles technologies.
Le premier sujet sur lequel se penche le Conseil est l’adoption du programme E-administration, qui constitue l’une des priorités du gouvernement, compte tenu de son importance pour la politique de modernisation de l’administration, de simplification des procédures et de pratique de la transparence dans la gestion administrative, a-t-il souligné.
M. Abbas El Fassi a appelé à une action sans relâche pour réduire le fossé numérique, rappelant les efforts déployés dans ce sens par le gouvernement pour faciliter l’accès des citoyens et des entreprises aux services de communication et à l’Internet et assurer les ressources humaines qualifiées pour accompagner la réalisations et la continuité des programmes E-administration.
Pour sa part, le ministre de l’Industrie, du commerce et des nouvelles technologies, M. Ahmed Réda Chami, a passé en revue les grandes lignes du programme E-administration pour la période 2009-2013, qui a pour objectif de favoriser une administration moderne et dynamique au service des citoyens et des entreprises.
Le ministre a, à cet égard, rappelé l’élaboration de 89 projets E-administration « prioritaires », dont la réalisation incombe aux différents départements ministériels et établissements publics.
Dans ce sens, des structures de gouvernance seront mises en place, notamment une commission ministérielle, une direction de pilotage et des instances chargées de superviser le programme.
La mise en œuvre de ce programme nécessite une enveloppe budgétaire de l’ordre de 2,2 milliards DH, étalée sur la période 2009-2013.
Le Conseil avait adopté plusieurs recommandations relatives, notamment, à la création d’une commission ministérielle E-administration pour le suivi d’exécution des programmes et des instances de pilotage. Il a également approuvé une liste de services et projets sectoriels.
Cette réunion s’est déroulée en présence notamment de MM. Mohamed EL Yazghi, ministre d’Etat, Salaheddine Mezouar, ministre de l’économie et des finances, Khaled Naciri, ministre de la communication porte-parole du gouvernement, Abdellatif Maazouz, ministre du commerce extérieur, Abderrahmane Sbai, ministre délégué chargé de l’administration de la défense nationale et Nizar Baraka, ministre délégué chargé des affaires économiques et générales.
Ont pris part également à cette réunion, Mme Latifa El Abida, secrétaire d’Etat chargée de l’enseignement scolaire et Mme Latifa Akharbach, secrétaire d’Etat aux affaires étrangères et à la coopération, ainsi que d’autres personnalités du monde de l’entreprise, de la communication, des banques et de différents départements ministériels concernés.

M. El Fassi a souligné, a cette occasion, l’importance de cette institution chargée de coordonner les politiques nationales de développement des technologies de l’information et de l’économie numérique et d’en assurer le suivi et l’évaluation, indique un communiqué de la primature.

Il a, à cet égard, exprimé la détermination du gouvernement d’aller de l’avant dans la politique de numérisation et de l’inscrire dans le processus d’intégration dans la société et l’économie futuristes.

La création de ce Conseil s’inscrit dans le cadre du processus de mise en place des bases juridiques et réglementaires du système de numérisation au Maroc, a-t-il ajouté, rappelant à l’adoption de la loi relative à l’échange électronique de données juridiques et de la loi sur la protection des personnes physiques à l’égard du traitement des données à caractère personnel.

Le Premier ministre a fait remarquer que le développement économique et social est tributaire de la capacité des citoyens, de l’entreprise et de l’administration d’utiliser les nouvelles technologies.

Le premier sujet sur lequel se penche le Conseil est l’adoption du programme E-administration, qui constitue l’une des priorités du gouvernement, compte tenu de son importance pour la politique de modernisation de l’administration, de simplification des procédures et de pratique de la transparence dans la gestion administrative, a-t-il souligné.

M. Abbas El Fassi a appelé à une action sans relâche pour réduire le fossé numérique, rappelant les efforts déployés dans ce sens par le gouvernement pour faciliter l’accès des citoyens et des entreprises aux services de communication et à l’Internet et assurer les ressources humaines qualifiées pour accompagner la réalisations et la continuité des programmes E-administration.

Pour sa part, le ministre de l’Industrie, du commerce et des nouvelles technologies, M. Ahmed Réda Chami, a passé en revue les grandes lignes du programme E-administration pour la période 2009-2013, qui a pour objectif de favoriser une administration moderne et dynamique au service des citoyens et des entreprises.

Le ministre a, à cet égard, rappelé l’élaboration de 89 projets E-administration « prioritaires », dont la réalisation incombe aux différents départements ministériels et établissements publics.

Dans ce sens, des structures de gouvernance seront mises en place, notamment une commission ministérielle, une direction de pilotage et des instances chargées de superviser le programme.

La mise en œuvre de ce programme nécessite une enveloppe budgétaire de l’ordre de 2,2 milliards DH, étalée sur la période 2009-2013.

Le Conseil avait adopté plusieurs recommandations relatives, notamment, à la création d’une commission ministérielle E-administration pour le suivi d’exécution des programmes et des instances de pilotage. Il a également approuvé une liste de services et projets sectoriels.

Cette réunion s’est déroulée en présence notamment de MM. Mohamed EL Yazghi, ministre d’Etat, Salaheddine Mezouar, ministre de l’économie et des finances, Khaled Naciri, ministre de la communication porte-parole du gouvernement, Abdellatif Maazouz, ministre du commerce extérieur, Abderrahmane Sbai, ministre délégué chargé de l’administration de la défense nationale et Nizar Baraka, ministre délégué chargé des affaires économiques et générales.

Ont pris part également à cette réunion, Mme Latifa El Abida, secrétaire d’Etat chargée de l’enseignement scolaire et Mme Latifa Akharbach, secrétaire d’Etat aux affaires étrangères et à la coopération, ainsi que d’autres personnalités du monde de l’entreprise, de la communication, des banques et de différents départements ministériels concernés.

MAP

Tags: , ,


A lire également

Réaction