Seulement 12% des Marocains ont changé d’opérateur mobile en 2008

A la une, NTIC | | Le 16 juillet, 2009 - 6 h 05 min

telephone-portable-3-g-id602L’ENQUÊTE TI 2008 de l’ANRT livre des surprises. Elle confirme aussi des informations devenues un «classique», tel que le coût élevé des communications et du PC.
Le régulateur télécoms a mené, du 9 mars au 3 avril 2009, son enquête auprès des ménages et des entreprises. Ses enquêteurs se sont basés sur 1.300 questionnaires et qui ont intégré de nouveaux indicateurs: changement d’opérateur, utilisation de l’Internet sans fil (3G) et les craintes sécuritaires suscitées par la Toile. L’échantillon se réfère au sexe, l’âge et le milieu de résidence. Pour la 2e année consécutive, mobile et fixe enregistrent une croissance soutenue. La téléphonie fixe avec mobilité restreinte -dont Wana détient la licence- booste le marché. Le mobile continu sur sa lancée mais avec un taux de pénétration inférieur aux années précédentes.
Le parc Internet se développe lentement mais sûrement. L’on compte 750.000 abonnés en 2008 contre 550.000 deux ans auparavant. Avec les deux tiers du marché, l’ADSL reste prédominante. Mais elle est talonnée par l’ascension fulgurante de la 3G.
Par ailleurs, les ménages marocains sont équipés à 65,7% en téléphonie mobile contre 33% pour le fixe. Au total, 16,4% des utilisateurs de la téléphonie mobile sont multi-équipés: internet, fixe et mobile. En revanche, ce pourcentage dépasse le double en 2008 lorsqu’il s’agit du double équipement (fixe et mobile).
En dépit de la percée de l’internet sans fil (3G), ce service reste encore très méconnu. Seulement 8% des sondés sont au courant de son existence, ou l’utilisent. Les opérateurs misent gros sur ce marché en pleine expansion. Les intentions d’utilisation s’élèvent à 55%.
L’équipement en PC progresse: près de 6% des individus et 27% des foyers en ont acquis au moins un. Offres attractives des fournisseurs d’accès à Internet et programmes gouvernementaux tels que «n@fida» -dédié aux enseignants- ont boosté l’offre et la demande. Le prix reste un frein majeur pour l’achat des ordinateurs (50%). D’autres facteurs sont également cités par les enquêtés: absence de besoin et analphabétisme accaparent près de la moitié des réponses. Il y a certainement un travail de sensibilisation aux TI qui reste à faire.
L’ANRT est aux anges, les opérateurs aussi. D’après son enquête, l’Internet est en train de se démocratiser. Se connecter à la Toile devient une pratique presque quotidienne: 33% des individus se sont connectés au moins une fois en 2008. Merci les cybercafés. Ils assurent un rôle de proximité: le cybercafé reste le principal lieu d’accès dans 84% des cas.
Néanmoins, l’Internet à domicile reste courtisé: hausse du potentiel de développement de 10 points en comparaison avec 2006. Plus encore, plus de 38 des sondés ont l’intention de se doter d’Internet dans les 12 prochains mois, soit un potentiel de 1,6 million de ménages. Une projection qui va accentuer la concurrence. Enfin, espérons-le! Le coût trop élevé des abonnements est à 60% parmi les raisons qui limitent l’accès à Internet. Idem pour l’équipement en ordinateur. Le régulateur télécoms s’est déjà engagé à faire de la baisse des prix son cheval de bataille dans la note d’orientation 2009-2012. Tiendra-t-il sa promesse?

Source : Leconomiste.com

Tags: , , ,


A lire également

Réaction