Baisse des tarifs d’interconnexion entre les trois opérateurs

A la une, Telecom | | Le 10 mai, 2010 - 8 h 20 min

C’est un coup de pied dans la fourmilière que vient de donner l’Agence nationale de réglementation de télécommunications (Anrt), le régulateur du marché, qui a pris la décision, mardi 27 avril, de baisser les tarifs d’interconnexion entre les trois acteurs de la téléphonie mobile que sont Maroc Telecom, l’opérateur historique, Meditelecom, son challenger sur le marché du mobile et Wana Corporate (Inwi), dernier arrivé sur le marché, mais néanmoins leader sur le marché du fixe.
Pour le consommateur lambda, les tarifs d’interconnexion ne veulent certes rien dire. Ils correspondent en fait au prix payé par l’un des opérateurs à son concurrent, pour acheminer l’appel lorsque le client du premier essaie de contacter un abonné du second.

Il faut rappeler que depuis l’ouverture du marché du mobile, en 2000, puis l’élargissement de la concurrence au fixe, les tarifs d’interconnexion ont toujours fait l’objet de vives discussions entre opérateurs. De même, ils ont subi, de temps à autre, des baisses décidées par l’Anrt quand elle estimait que la marge était trop importante par rapport au prix public de la minute. Le régulateur, cette fois-ci, pousse encore plus loin la mesure en se basant sur la note d’orientation générale du secteur établie pour une durée de quatre ans et rendue publique le 25 février dernier. Dans ladite note, l’opérateur s’était fixé comme objectif majeur de faire baisser le coût des communications téléphoniques et de liaisons internet pour les consommateurs, en créant les conditions d’une concurrence plus soutenue. Entre autres leviers, celui des tarifs d’interconnexion dont la baisse générerait, par un effet mécanique, celle des prix aux clients finaux.

30% de baisse pour IAM, 15% pour Méditel

Concrètement, les baisses varient selon les opérateurs et le type d’interconnexion (mobile/mobile, mobile/fixe, fixe/mobile, fixe/fixe).
On retiendra qu’en ce qui concerne le segment du mobile, qui génère 80% des flux téléphoniques du pays, l’opérateur historique encaissera 30% de moins que ce qu’il a l’habitude de prélever aujourd’hui pour les appels entrant sur son réseau. En revanche, Méditel ne verra sa marge baisser que de 15%, bénéficiant ainsi d’une asymétrie des prix positive. Une décision sans doute justifiée par le fait que le flux entrant chez l’opérateur historique est de loin plus important que celui récolté par son challenger. Quant à Wana Corporate, sa marge devrait rester inchangée, l’opérateur ayant déjà bénéficié d’une asymétrie lors de son entrée en fonction.
Cette décision qui prend effet le 1er juillet prochain suffira-t-elle à induire une baisse des prix ? On l’espère bien et le régulateur compte même la porter à 65% dans un délai de trois ans. Rendez-vous dans deux mois.

Source : LavieEco.Com

Tags: , , , , ,


A lire également

Réaction